Source : rapports annuels. / Fiche FDJ bourse mise à jour le 06/05/2020 

Présentation FDJ

La FDJ, est un champion national. Héritière de la « Loterie nationale française », créée en 1933, elle devient « la Française des jeux » en 1991, puis « FDJ » en 2009. Il s’agit du premier opérateur de jeux d’argent et de hasard en France.
L’introduction de la FDJ en bourse en novembre 2019 a été un franc succès. Il s’agissait de la plus grosse introduction en bourse depuis 2006 et plus de 500.000 français ont souscrit à cette introduction.

Principaux actionnaires

Etat français
20%
Union des Blessés de la Face et de la Tête
9.8%
Prédica
5%
FCP Française des Jeux Actionnariat
5%
Fédération Nationale André Maginot
4.8%
Flottant
55.4%

2019 en bref

0 Mds€
Chiffre d'affaires
0 %
Marge opérationnelle *
0 m€
EBITDA
0 m€
Free Cash-Flow
0 m€
Résultat net
0 m€
Dettes nettes
  • (*) La marge opérationnelle (MOP) en 2019 a été impactée par des éléments exceptionnels liés à l’introduction en bourse. La MOP moyenne 2016-2018 est de 14%.

Les métiers de la FDJ

Première activité de FDJ en termes de revenus :
Mises à 8,205 Mds€ (+8 % vs. 2018)

La stratégie du groupe consiste à :
1/ Innover continuellement en créant de nouveaux jeux :

13 jeux lancés / relancés en 2019 

2/ Fidéliser les clients en prolongeant l’expérience client sur le net :
~50 % des gagnants au grattage poursuivent le jeu en digital
40 % de ces joueurs créent un compte en ligne
Ex : jeu « quitte ou double » jeu à gratter physique avec une seconde étape digitale

2ème activité du groupe.

Mises à 5,48 Mds€ en 2019 soit +6 % vs. 2018

Croissance des mises Loto et Euromillions amplifiée par des cycles longs exceptionnels (aucun gagnant sur plusieurs tirages)

Innovation :
Succès de la nouvelle version du Loto avec une progression des mises de +10% après lancement

Fidélisation des clients :
Option « second tirage » prise par ~50 % des joueurs

Activité la moins importante en termes de chiffre d’affaires mais qui enregistre la plus forte croissance.

Mises à 3,538 Mds€ (+16 % vs 2018)

Activité dépendante du nombre de grands événements sportifs sur l’année !

Forte progression des sports majeurs autres que le football : tennis, basket, rugby.

2 canaux :

1/ Parions Sport Point de Vente :

  • Croissance en 2019 : +10 %
  • Nombre de paris proposés : +60%

 

2/ Parions Sport En Ligne :

  • Croissance largement supérieure à celle du marché.
  • 15 % de paris proposés en plus
  • 12 sports concernés Vs 8 en 2018

Activités marginales en termes de ventes mais qui témoignent du savoir faire de l’entreprise.

  1. Acquisition de Sporting Group, leader mondial de la technologie et du trading pour les paris sportifs.
  2. Offre « paiement et services » dans les points de vente.
  3. Bimedia : éditeur de logiciel spécialiste des solutions d’encaissement et de paiement en point de vente.

Mises des jeux par activité

En point de venteInternet
LoterieMonopoleMonopole
Paris sportifsMonopoleLicence

FDJ en quelques chiffres

0
millions de joueurs
0 ème
loterie mondiale
0
millionnaire tous les 2j
0 Mds €
Mises en 2019
0 Mds €
reversés à l’Etat

Le business model de la FDJ

Des mises à l'Ebitda : EXPLICATIONS

FDJ modele d'affaire

L’objectif de la FDJ d’augmenter l’Ebitda de 18 à 20% est selon nous compromis pour 2020 mais en bonne voie pour les années suivantes.

Evolution des mises sur 25 ans

En milliards d’euros

Portefeuille de marques de la FDJ

Distribution de la FDJ

Répartition des Points de ventes

En milliers de points de ventes

La newsletter pédagogique

Performance opérationnelle

Chiffre d'affaire

En millions d’euros

résultat opérationnel

En millions d’euros

marge opérationnelle

En millions d’euros

résultat net

En millions d’euros

Dette nette

En millions d’euros

Gearing

En %

Rentabilité des fonds propres

En %

Actif net par action

En EUR

Commentaires MasterBourse

La FDJ est une valeur qui présente plusieurs avantages notables. Son business est facile à appréhender et il offre par essence, une prévisibilité relativement importante.

La majorité de ses activités sont protégées par des barrières à l’entrée tout simplement, imperméables puisqu’il s’agit d’un monopole légal.

L’activité paris sportifs en ligne est l’unique exception puisqu’elle fait face à une importante concurrence nationale (Betclic et Winamax) et internationale (Unibet). Face à cette concurrence, la FDJ use intelligemment des effets de synergie en développant notamment ses offres de jeux instantanés et de tirages en ligne et qui sont accessibles aux clients de Parions Sport. Un compte unique FDJ permet à tout client de cumuler l’accès aux paris sportifs et l’accès à une panoplie de jeux largement plus importantes que celles que proposent ses concurrents, condamnés à rester cantonnés dans la seule catégorie des paris sportifs en ligne.

Pour l’ensemble de ces raisons, la FDJ entre d’après nous, dans la catégorie que Warren Buffett aime à appeler : une « action / obligation ». Sa croissance régulière, son risque peu élevé et son importante prévisibilité en termes de génération de cash flows, rappellent les caractéristiques des coupons des obligations.

Malgré la hausse de l’endettement net, le bilan reste relativement solide . La dette financière de 254 M€ (vs 111 M€ au 31 décembre 2018), se compose d’un emprunt souscrit en 2019 pour l’acquisition du Groupe Sporting pour un montant de 117,5 M€ et de la dette souscrite lors de l’acquisition du siège du Groupe.

Par ailleurs, certaines publications sur internet assimilent les projections de réduction du nombre de bureaux tabac, à une future baisse de l’activité de la FDJ. Nous ne sommes pas du tout d’accord avec celles-ci. Comme l’illustre le graphique au début de notre analyse, le profil des distributeurs est très varié. De plus, la FDJ est tout à fait en mesure de s’adapter, si l’hypothèse de baisse significative du nombre de bureaux de tabac venait à se confirmer. L’ouverture par exemple, de corners dans de nouveaux points de vente, constitue une piste tout à fait viable. Le concept a d’ailleurs déjà été testé dans plus de 1.000 points de vente McDonald’s. Le business est en réalité, tellement juteux pour tout intervenant dans la chaine de valeur (l’Etat notamment), que les éventuels nouveaux distributeurs, apparaitront de façon tout à fait naturelle… La FDJ n’aura donc aucune difficulté à poursuivre une diversification efficace de ses canaux de distribution (si elle en a l’envie).

Concernant le risque de voir l’union européenne casser ce monopole, il convient de rappeler qu’il faudra alors dédommager la FDJ pour le manque à gagner.

Au final, le vrai risque pour un investisseur est de sur-évaluer le prix d’acquisition de la FDJ. Avec un free cash-flow de l’ordre de 290 m€ et un taux de croissance perpétuelle à 4%, vous avez des éléments de réponses pour faire tourner une méthode de valorisation par les flux 😉 . Ne pas oublier une légère décote due à la fois à la faible performance de l’exercice 2020 et à la future dilution en raison du mécanisme d’attribution d’actions gratuites aux particuliers (10% d’actions gratuites après 18 mois de détention).

L’exercice 2020, comme pour la majorité des entreprises, est à oublier… Le confinement aura très certainement, un impact significatif sur les comptes de cet exercice (même si l’activité en ligne des jeux instantanés et de tirage a démontré une résistance intéressante).

Il s’agit là, d’un évènement ponctuel et exogène qui ne remet aucunement en cause, la qualité du business et ses perspectives à long terme. Au vu de la réaction du cours de bourse jusqu’à ce jour, le marché confirme ce constat en se montrant particulièrement clément vis-à-vis de la situation en demi-teinte de l’exercice 2020.

Le groupe pourrait maintenir une croissance du chiffre d’affaires de l’ordre de 4% par an sur le long terme et une croissance légèrement plus élevée des bénéfices grâce à son modèle asset light.

Le groupe a donc le temps et la marge de manœuvre nécessaire pour relever les challenges à venir sur le long terme. La FDJ devra réussir à dégager une marge assez confortable dans le segment concurrentiel des paris en ligne et poursuivre le développement des activités tirages sur le net (que le confinement aura probablement aidé à démocratiser).

DONNÉES FINANCIÈRES

Compte de résultat (M€)2016201720182019
Chiffre d'affaire1 6961 7621 8031 956
Résultat opérationnel243258257189
Résultat net part du groupe176181170133
Bilan (M€)2016201720182019
Actifs non courants1 1581 2521 2771 568
Actifs courants8547979301 288
Dont trésorerie200166167202
Fonds propres462520564569
Passifs non courants196188179336
Dont dettes fin. À LT11210496230
Passifs courants1 3551 3411 4641 950
Dont dettes fin. À CT1245242186
Total bilan2 0122 0492 2072 856
BFR-577-658-659-678
Ratios (%)2016201720182019
Variation CA4%2%8%
Marge opérationnelle14,3%14,6%14,2%9,6%
Marge nette10%10%9%7%
ROE38%35%30%23%
BFR/CA-34%-37%-37%-35%
Payout0%0%0%92%
Rendement dividende (c)/(a)2,9%
Ratios d'endettement2016201720182019
Gearing (%)8%-2%-5%38%
Dettes nettes / EBIT0,10,0-0,11,1
Valorisation2016201720182019
Nombre d'actions (en millions)200,0200,0200,0191,0
(a) Cours (moyenne annuelle en euros)22,4
(1) Capitalisation boursière (en M€)4 285
(2) Dettes financières - trésorerie nette36-9-29214
Valeur d'entreprise = (1)+(2)36-9-294 500
Données par action €2016201720182019
Bnpa0,90,90,90,7
(b) Actif net / Action2,32,62,83,0
(c)Dividende /action0,000,000,000,64
Valeur2016201720182019
PER00032
VE/ROC0,123,8
VE/CA0,00,00,02,3
P/B (a)/(b)0,00,00,07,5

Découvrez nos conseils pour 2020

Guide Krach Bourse

Ce que vous allez apprendre :

Dernières fiches

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

2 commentaires sur “FDJ bourse : analyse de l’entreprise”

  1. Bonjour,

    un point négatif tout de même est l’Etat qui est actionnaire du groupe car il taxe une grosse partie des bénéfices de la FDJ : le chiffre d’affaires augmente d’année en année, mais le résultat net stagne à cause de l’augmentation des taxes annuelles !
    Sans compter un payout ratio de près de 80% je crois, c’est vraiment beaucoup et pas terrible donc pour la croissance à long terme.

    Sinon top votre site et vos fiches de présentation 🙂

    Bonne continuation.

    1. L'équipe MasterBourse

      Bonjour Seb et merci ! 🙂
      Effectivement l’Etat prélève à plusieurs niveaux; au début avec les prélèvements de 21% sur les mises et à la fin avec l’impôt sur les sociétés. On aurait aimé voir moins de prélèvements mais tout monopole a son prix 🙂
      Concernant le pay-out, le management cible 80% du résultat net chaque année. Cela peut paraître beaucoup mais l’entreprise est tellement rentable qu’elle n’a pas besoin réellement de beaucoup de capitaux pour poursuivre ses 4 ou 5% de croissance annuelle.
      Cela nous paraît plus sain de redistribuer l’excédent de cash aux actionnaires au lieu de le laisser s’accumuler dans les caisses et le placer aux mieux à 1%. Les actionnaires pourraient le réinvestir ailleurs à un meilleur taux ou bien consommer et tourner la machine économique.
      Au plaisir de vous lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *